Patrimoine Volcan Fontanges Cantal Auvergne
Vue générale de Fontanges
Patrimoine Volcan Fontanges Cantal Auvergne
La rivière l'Aspre
Patrimoine Volcan Fontanges Cantal Auvergne
Patrimoine Volcan Fontanges Cantal Auvergne
Le gravier
Patrimoine Volcan Fontanges Cantal Auvergne
Patrimoine

Fontanges et L'histoire d'un volcan oublié

C'était il y a bien longtemps (moins 35 M.A), une époque où la tectonique alpine, associant des phénomènes de distensions et de compressions, a pour conséquence globale un épaississement de la croûte sous les Alpes et, bien sûr un amincissement de celle-ci sous le Massif Central dont le Cantal.

Tout ceci donne naissance à une activité volcanique pendant environ dix millions d'annèes pour le Cantal (de -13 M.A à - 3 M.A)

Le volcan du Cantal, car c'est bien d'un volcan dont il s'agit, est énorme. Le plus gros volcan d'Europe. Il s'impose par un diamètre approchant les 70 kms, un tour de 240 kms et un volume de 4000 km³.

De nombreux points d'émission se sont succédés dans le temps, responsables de l'éjection de types de roches différentes qui se sont empilées un peu comme des couches ou strates, d'où son nom technique de "strato-volcan".

Nous voici donc en présence d'un énorme volcan avec un cône, un cratère dont son sommet pouvait atteindre les 2500 à 3000 m d'altitude.

Que reste-t'il de ce relief ?

Les bouleversements climatiques jouent un rôle important sur le modelage du relief par l'existence successive de quatre périodes glaciaires.

C'est à grands coups de rabot que les glaciers vont, petit à petit, métamorphoser le relief. Les pentes douces du volcan vont se creuser sous la puissance de la glace pour former des vallées profondes (comme l'Aspre qui se trouve au coeur du massif).

Tous ces évènements ont littéralement ruiné le volcan et emporté vers les mers une grande partie des matériaux friables, ne laissant que sur les plus résistants comme les coulées de laves formant les planèzes. Mais aussi certaines remontées de laves visqueuses presque solides formant des sommets prestigieux comme le Puy Chavaroche.

Et puis l'être humain colonise peu à peu les montagnes. Peu à peu il défriche, il contribue à la déforestation, il élargit ses champs d'action pour apprivoiser les montagnes et faire paître ses bêtes dans les estives où il construit les "burons" pour la fabrication du fromage. Il participe ainsi au modelage et à l'entretien permanent de ce site fragile qu'est la nature.